Peut-on méditer sans guide ?

11 novembre 2015

C’est parce que j’ai dû travailler pour apprendre la méditation que je souhaite à mon tour transmettre ces techniques, les rendre accessibles à ceux qui doivent travailler également.
Sur ce forum, dans la discussion portant sur la médiation, presque personne ne disait que sans un « guide », un « garde-fou », on ne peut pas méditer.

méditant

Pour s’asseoir sur un coussin, s’allonger dans l’herbe ou sur un tapis, fermer les yeux : pas besoin d’être guidé a priori. Seulement, ce n’est pas la méditation. De la même manière, porter une crête sur la tête ne fait pas de vous un rebelle, pas davantage que porter une croix ne fera de vous un bon chrétien.
Je m’explique : le méditant peut choisir de s’installer confortablement, car nous ne recherchons pas systématiquement la difficulté. Le méditant peut donc tout aussi bien pratiquer dans un jardin d’enfant un mercredi après-midi, ou sur une aire d’autoroute. Cela pour la simple et bonne raison que les aspects extérieurs de la pratique ne sont pas la pratique elle-même.

Bien au-delà de ces apparences, la pratique consiste en une méthode. Et c’est une bonne nouvelle, car notre travail peut s’appuyer sur ces millénaires de pratique. La méditation est bien un travail. Elle consiste en des exercices de l’esprit.

Pourquoi, me direz-vous, ne peut-on pas méditer sans un garde-fou, un professeur, un « guide » ?

Tout simplement parce que cette personne extérieur permet le recul nécessaire pour parvenir à avoir une progression au cours des exercices. En tant que méditant, les problèmes de l’esprit influent sur le travail, et il est difficile de corriger le tir sans un regard extérieur et avisé.

Voici une histoire (vraie) illustrant mon propos :
L’énoncé de l’exercice est simple : les méditants ont pour consigne d’observer la manière dont se forment leurs pensées. La fin de l’exercice donne lieu à un débriefing commun. Les participants racontent :

– « J’ai trouvé que j’avais mal au dos, alors j’ai posé mon attention sur ma respiration et je n’ai plus eu mal et ça a bien marché ! »
– « Je n’arrivais à pas à rester tranquille et à me concentrer, alors j’ai compté dans ma tête et ça allait beaucoup mieux ! »

Expériences intéressantes, mais pourtant hors-sujet dans le cadre de cet exercice. Cela montre que les personnes n’ont pas réellement fait l’exercice, dans le cadre de la consigne donnée, et ce sans même s’en rendre compte. Sans guide, ces méditants n’auraient pas pu corriger leur manière de faire, puisque le problème ne leur serait pas apparu. Chacun a trouvé une astuce, inconsciemment, pour faire passer cette méditation facilement. De manière amusante, cette astuce naît généralement d’un mécanisme de défense de leur esprit contre le changement. En termes clairs, sans correction, les méditations suivantes renforceraient l’immobilisme du système contre la correction. En somme, tout l’opposé de ce nous visons.

Sachant ceci, libre à vous de méditer sans guide !


© Serge Gilette 2016
Voir mon parcours
tel: +33(0)6.52.71.41.16
courriel: serge.gilette@gmail.com
Google+plus Facebook Twitter Cours de Qi Gong sur Annecy (74000), à Sallenoves (74270) en Haute-Savoie mais aussi dans le Genevois et à Genève en Suisse. Cours de méditation sur Annecy, en Haute-Savoie mais aussi dans le Genevois et à Genève en Suisse. Cours de méditation et de Qi Gong dans les alpes-maritimes à Cannes (06400), Grasse, Sophia-Antipolis dans le var à Fayence, Tourrettes, Callian, Montauroux (83440)